Aller au contenu principal
Bientôt un plafond pour les prix du polyéthylène ?

02 juin 2021

Bientôt un plafond pour les prix du polyéthylène ?

Le mois d’avril 2021 s’était soldé par des augmentations à trois chiffres pour la plupart des grades polyéthylènes (PE), si bien que les prix des PEBD ont dépassé le seuil des 2100 euros/tonne en Europe, contre un peu plus de 2000 euros/tonne pour les PEHD et les PEBD-L en moyenne. On n’avait, dans l’ensemble, jamais observé de tels niveaux de prix pour ces polymères. Les précédents records datent en effet de l’été 2015 avec des prix évoluant entre 1500 et 1700 euros/tonne. La pétrochimie européenne avait, à l’époque aussi, été paralysée par des nombreux arrêts de production, dont d’innombrables cas de Forces Majeures. Il n’était donc pas étonnant que les analystes s’attendent à l’atteinte d’un niveau de prix plafond en mai 2021.

Vers une évolution des quantités de PE disponibles ?

Des augmentations de prix successives ont caractérisé les marchés européens des polymères, dont celui du PE, depuis le mois de novembre 2020. Cette tendance haussière aurait pu s’achever, ou au moins ralentir sensiblement, en mai 2021. Ce dernier devait en effet signer le retour des importations de PEHD et de PEBD en Europe, puisque les prix qui y sont pratiqués s’avèrent très intéressants pour les producteurs basés ailleurs dans le monde. Ces volumes supplémentaires auraient ainsi laissé moins de marge de manœuvre aux fournisseurs européens.

L’offre européenne de polyéthylène demeure toutefois tendue début juin. En effet, plusieurs cas de Force Majeure ont été maintenus ou déclarés en mai, et le mois dernier a également été le théâtre de cycles de maintenance sur des sites de production clés.

Trois cas de Forces Majeures sur les PEBD étaient encore en vigueur au moment où cet article a été rédigé, contre quatre cas pour les PEHD, et un seul pour les PEBD-L. A cela s’ajoute la sous-utilisation des raffineries européennes. En effet, leur taux d’utilisation est de 10% inférieur à la moyenne saisonnière pour l’éthylène. La production du monomère étant également sujette à plusieurs arrêts de production et maintenances essaimés à travers l’Europe, le manque de disponibilités en amont impacte probablement la production de PE en aval.

Pas de plafond en mai

Contrairement à ce que certains analystes espéraient, les prix européens du PE n’ont pas atteint de plafond en mai dernier. Les prix des PEBD ont pu augmenter de 70 à 130 euros/tonne en fonction des grades, alors que ceux des PEBD-L ont enregistré des hausses de prix comprises entre 60 et 120 euros/tonne. Ceux des PEHD ont eux aussi suivi une tendance haussière, bien que celle-ci ait été moins importante : entre 60 et 100 euros/tonne, les grades pipe ayant enregistré les hausses de prix les plus franches. Ces augmentations à deux ou trois chiffres ont été possibles malgré le fait que le cours de l’éthylène n’ait augmenté que de 5 euros/tonne en mai dernier.

La demande européenne de polyéthylène n’est quant à elle pas prête de s’affaisser. En effet, les marchés pour lesquels la filière plasturgie se positionne comme sous-traitante profitent de la reprise économique, et la demande pour les produits en PE est plutôt bonne. Face aux manques catastrophiques de disponibilités pour ces matériaux, une légère baisse de la demande de PE ne suffira pas à entraîner une chute des prix. Il est également peu probable qu’une baisse du cours de l’éthylène ne remette en question les velléités des producteurs de PE.

Un retour des importations pourrait cependant permettre la stabilisation des prix du polyéthylène en Europe. Des livraisons de PEHD produit en Russie, au Moyen Orient ou encore en Asie seraient attendues au cours des prochaines semaines, mais reste à savoir si la hausse vertigineuse des cours du fret maritime permettra de proposer ces volumes à des prix intéressants pour les plasturgistes européens. On a également entendu parler de grades PEBD produits en Amérique du Sud.

Dans tous les cas, la possibilité de baisses de prix pour ces polymères demeure lointaine. Une véritable tendance baissière ne saurait être engendrée que par un retour de l’offre européenne à un niveau normal, de plus fortes disponibilités de PE produits ailleurs dans le monde, la chute des coûts énergétiques et/ou un ralentissement sensible de la demande. Les prix pourraient cependant se stabiliser en juin, à part peut-être pour les grades PEHD pipe. Toujours est-il qu’acheter du PE à plus de 2000 euros/tonne n’est pas soutenable pour les plasturgistes français, dont les marges sont mises en danger.

 

Connectez-vous à l'espace adhérent pour accéder à la liste des arrêts et participer au Baromètre des Matières Plastiques

Participer au Baromètre des Matières Plastiques (BMP), c'est aider Polyvia à défendre vos intérêts en témoignant de votre situation et recevoir des moyennes de prix françaises pour la plupart des polymères, en plus de prévisions à mois+1 et mois+2 !

Dépêchez-vous ! Plus que quelques jours pour participer au BMP qui sera clôturé le 9 juin. Seuls les répondants en recevront la synthèse !