Aller au contenu principal
L'agilité comme solution en période de crise

09 juin 2020

L'agilité comme solution en période de crise

La crise sanitaire Covid-19 fait peser sur l'ensemble d'une organisation une déstabilisation importante et sans précédente de l'organisation du travail et des projets. Entre le travail à distance de longue durée, l'absence de certains collaborateurs et à plus grande échelle le besoin de flécher sa production sur des nouveaux besoins clients, les méthodes agiles peuvent être un élément de réponse à ce challenge des organisations.

Principe de l'agilité 

L'agilité est un concept qui peut se décliner à des strates différentes au sein d'une organisation : du pilotage stratégique à la gestion de projet opérationnel en passant par le management des collaborateurs. Vous comprendrez donc que l'agilité d'une organisation peut être utilisée dans différents cas de figure et pour répondre à des objectifs différents. 

Vos marchés actuels de demandent de plus en plus de flexibilité et les clients ont de plus en plus des attentes fines et précises imposant à toutes entreprises une spécialisation et une adaptabilité sans égard. Le business agility, fondé sur 3 pans que sont les marchés, l'organisation et les process est donc une clé de réponse pour amener une organisation à s'adapter constamment aux nouvelles exigences. Je parlerai plus spécifiquement des méthodes agiles dans la suite de cet article et de l'intérêt de ces méthodes notamment dans les projets web mais sachez que l'agilité peut être appliquée sur différentes dimensions de vos entreprises. 

La gestion de projet agile VS en cascade

Le process agile part d'un constat important c'est que nous délivrons un produit/service pour un consommateur que nous qualifions plutôt utilisateur sur le web. L'objectif principal est donc avant tout de répondre aux besoins de l'utilisateur et pas de finaliser le projet en tant que tel. Ce point d'ancrage a fait naître tout un pan essentiel dans un projet web : l'expérience utilisateur plus souvent connu sous le nom d'UX pour User Experience. Nous reviendrons sur le sujet dans un prochain article du Plastilien mais il est aujourd'hui un point essentiel dans la construction d'un projet web. 

La gestion de projet traditionnel dit en cascade est un principe assez simple, vous passez d'une étape à une autre sans pouvoir revenir à l'étape précédente. Ce principe demande donc une anticipation sans précédent puisque vous êtes obligé de vous projeter sur tous les points de détails dans votre cahier des charges. Les livrables sont également un point important dans ce type de gestion de projet puisque à chaque stade du projet, une charge importante est faire sur un corps de métier et un retard occasionné à un stade du projet entraîne en cascade le décalage des autres livrables. Nous pouvons faire le parallèle avec le secteur de la construction de bâtiments et cette méthodologie semble adéquate puisque différents corps de métier passent les uns à la suite des autres sans pouvoir revenir en arrière. 

La méthode agile propose à l'inverse de segmenter le périmètre et de donner des objectifs prioritaires en fonction du besoin client afin d'assurer une plus grande sérénité et un plus grand équilibre sur les différents corps de métier. Les points prioritaires répondant aux principaux besoins de l'utilisateur seront développés quand les besoins secondaires n'étant pas encore clairement définis seront développés par itération successive. L'objectif de la démarche agile est donc de développer des fonctionnalités à haute valeur ajoutée pour l'utilisateur et de prioriser sur des livrables en cohérence avec ses besoins. Pour exemple, certains services dématérialisés via des sites web génèrent leur calendrier de développement et leur priorisation des fonctionnalités à ajouter sur leurs outils uniquement en fonction des retours de leurs utilisateurs. 

Vous comprendrez donc assez aisément pourquoi je vous parle de l'agilité sur les projets en temps de crise puisque dans le cas d'une méthode agile le projet pourra perdurer et avancer dans son exécution en prenant en compte les nouvelles contraintes. Dans un fonctionnement traditionnel en cascade le projet se verra bloquer à un stade en emportant toutes les phases ultérieures.

La méthodologie agile la plus appliquée : le scrum 

La méthodologie scrum, qui donne en français mêlée, est faite pour décomplexifier les projets et se poser l'ensemble des questions nécessaires. Ce cadre et de mode de fonctionnement permet aux équipes projets d'avancer plus sereinement et facilement sur les tâches tout en ayant une approche collaborative du projet. La méthode scrum est l'une des méthodes disponibles mais n'est pas la seule pour mener à bien l'agility management. Je vais vous donner dans ces quelques lignes les principales caractéristiques de la mise en place d'un projet scrum. 

Des rôles à attribuer 

Le product Owner et le scrumsaster sont essentiels pour mettre en place une méthodologie scrum. Le product Owner va défendre et représenter les intérêts des clients donc il va avoir un rôle d'arbitrage important pour prioriser les actions. Le scrumaster va plutôt avoir un rôle d'accompagnement techniques des équipes pour les rendre autonomes et leurs permettre de débloquer certains points. Il anime également des temps d'échanges avec les équipes. 

La définition et le découpage des tâches 

Le backlog est une liste de tâches mise en place pour répondre au besoin client. Le product Owner va choisir les tâches à traiter en premier car répondant principalement aux besoins des utilisateurs et les tâches secondaires. Ce Backlog va être ensuite découpé en plusieurs sprints. Ce sont des périodes assez courtes, généralement de à 2 à 3 semaines, où chaque partie intégrante aux projets va être mobilisée sur quelques tâches. 

Ce découpage des tâches est souvent couplé à un management visuel des tâches où nous voyons la progression des différentes tâches à mener par les équipes projets. De nombreux outils existent pour suivre ces évolutions de façon physique ou de façon virtuelle. 

Des instances à mettre en place 

Comme dans toute gestion de projet, il est nécessaire de mettre en place des instances permettant d'échanger et de débloquer les situations. Les Daily Scrum sont des réunions quotidiennes ou chacun échange sur ses avancées. Les rétrospectives permettent de présenter les travaux sur la durée du sprint. Il permet à tous les membres d'identifier les avancées et les points à améliorer. 

A la fin d'un sprint, un livrable soit être prêt à être livré et démontrable. Ce qui ne signifie pas que le projet est finalisé et complété, loin de là mais, qu'une fonctionnalité est présentable et validable. L'idée est plutôt que le projet doit avoir atteint un stade d'avancement suffisamment complet pour pouvoir montrer quelque chose au client, ce qu'on appelle le Produit Minimum Viable. 

En complément

  • scrum.org (en anglais) : site officiel de la méthodologie comprenant un certain nombre de ressources autour de la méthodologie scrum. 
  • site : scrum.org 
  • Blog de Trello : Trello étant un outil de gestion des tâches, ses équipes proposent de nombreuses applications intéressantes et de nombreuses ressources sur le sujet du scrum. 
  • Site blog.trello.com/fr/ mis a disposition des entreprises pour gérer leur visibilité ayant pour objectif d'alimenter les informations de proximité. 

À lire aussi