Aller au contenu principal
pancarte avec le sigle du recyclage.

27 septembre 2021

La filière Plasturgie crée un référentiel de certification d'incorporation de matières plastiques recyclées

Attester objectivement des quantités de matières plastiques recyclées utilisées par un industriel, que ce soit sur l’ensemble de la production d’une usine ou dans des produits spécifiques, est devenu indispensable. Le référentiel de certification relatif aux MPR en cours d’élaboration répondra à cette attente forte des plasturgistes.

En 2019, la filière plasturgie s’est engagée à incorporer 1 million de tonnes de MPR à l’horizon 2025. Depuis, elle est attendue au tournant car il faut bien passer de l’engagement aux actes concrets. C’est pourquoi le LNE, le Laboratoire National d’Essais, et IPC, le Centre Technique Industriel de la Plasturgie et des Composites, ont décidé de s’associer afin de rédiger ensemble un référentiel de certification permettant de réaliser des évaluations objectives et indépendantes de la consommation de MPR sur les sites de plasturgie au travers d’audits effectués par le LNE.

L’utilisation de MPR est l’un des piliers de l’économie circulaire des plastiques. Elle permet une décarbonation massive de l’activité industrielle ainsi que l’évitement de l’utilisation de ressources naturelles non-renouvelables. Dans le contexte actuel de tensions sur l’approvisionnement en matières vierges, les MPR représentent également une alternative viable pour les acheteurs de matières premières. Pour ce projet, IPC a décidé de collaborer avec le LNE. Ce choix n’est pas anodin puisque cet organisme de certification accrédité ISO 17021 et ISO 17065 et placé sous la tutelle du Ministère de l’Economie et des Finances, possède une grande expertise dans les plastiques. Il délivre notamment des certifications de tubes PE pour le gaz ou l’eau potable, de profilés PVC pour volets roulants et fenêtres ou de sacs pour la collecte des déchets. Le LNE réalise également de nombreux essais sur les matières plastiques, comme la caractérisation physicochimique, la qualification du comportement mécanique ou la perméabilité aux gaz.

La plateforme POLYCERT

L’initiative conjointe du LNE et d’IPC s’inscrit dans le cadre de la plateforme Poly- Cert Europe, le système d’harmonisation paneuropéen de certification d’intégration de MPR, créé par la fédération européenne de la plasturgie (EuPC). La Belgique, l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne qui ont déjà développé des référentiels et certifié des industriels ont rejoint ce programme.

En tant que membre fondateur de PolyCert et de sa gouvernance, Polyvia agit auprès des pouvoirs publics français et des recycleurs pour la reconnaissance de la plateforme.

Avec la mise en place en 2019 de l’outil MORE enregistrant l'utilisation de plastiques recyclés dans les produits, la plasturgie européenne démontre son engagement à atteindre l'objectif de la Commission européenne de 10 millions de tonnes de MPR utilisées annuellement d'ici 2025. C’est pour renforcer cet engagement fort que PolyCert Europe a été créé afin de faciliter la vérification et l'audit des volumes rapportés dans MORE. Un tel travail doit par définition être effectué sur la base d’un système d'audit tierce partie et d’un réseau européen d'organismes de certification et d'auditeurs indépendants pour en garantir l'impartialité.

Une définition commune des MPR

Quand on compte, il ne faut pas mélanger les choux et les carottes (d’injection bien sûr). D’où l’importance de définir précisément ce qu’on entend par matière plastique recyclée. La définition la plus largement partagée entre plasturgistes et recycleurs est celle qui précise que les MPR sont des matières issues de déchets plastiques de toutes origines (ménages et activités économiques), ce qui exclut les chutes et rebuts de production retraités au sein de l’entreprise. C’est cette définition qui sera reprise dans le référentiel.

À lire aussi