Aller au contenu principal
Prix du plastique et des plastifiants pour le PVC

01 décembre 2020

Europe : les prix des plastifiants augmentent encore

Les prix européens des plastifiants n’ont de cesse d’augmenter depuis plusieurs mois et la fin d’année ne devrait exceptionnellement pas s’accompagner d’une période de répit pour ce marché.

La hausse du prix de ces additifs, généralement utilisés dans la transformation du PVC, est d'autant plus problématique que ceux du PVC augmentent aussi en raison d'une pénurie du matériau

Les prix européens du DINP se situeraient actuellement autour de 1140 euros/tonne, et ceux du DOTP et du DPHP aux environs de 1100 euros/tonne. Selon l’agence ICIS, il s’agirait de leur plus haut niveau depuis 13 mois.

Les prix sont cependant encore loin d’atteindre les sommets du début d’année 2019, où la tonne de DHPH pouvait dépasser les 1400 euros/tonne et celle de DOTP les 1300 euros/tonne.

Déséquilibre important du marché

Pour les plasturgistes qui utilisent du PVC, la situation ne se traduit pas uniquement par un problème de prix, bien que les prix du polymère aient eux aussi tendance à sensiblement augmenter. Comme c'est le cas pour certains polymères, les disponibilités de ces additifs sont en effet particulièrement mauvaises.

La fin d’année s’accompagne traditionnellement d’un ralentissement de l’activité de ce marché. 2020 a cependant dérogé à la règle sur bien des points, et la baisse saisonnière de la demande liée à l’approche des fêtes de fin d’année ne devrait pas avoir lieu entre décembre et janvier, et ce même si certains plasturgistes ont encore du mal à se remettre de l'impact de la crise sanitaire. La pandémie a en effet dramatiquement modifié les comportements et la saisonnalité des achats. Le déséquilibre entre l’offre et la demande qui en a résulté tire donc les prix vers le haut.

Les disponibilités du DINP et du DOPT sont particulièrement tendues pour certains producteurs, et les acheteurs disposant de contrats sont donc privilégiés. Les acheteurs spot risquent donc de voir leurs commandes refusées en fonction des fournisseurs.

Cette réduction de l’offre s’explique par plusieurs facteurs. On constate par exemple un début de pénurie sur le marché européen de l’INA (isononanol), une substance utilisée dans la production de DINP. Certains fabricants d’INA ont d’ailleurs été contraints d’arrêter leurs lignes de production.

A cela s’ajoute une franche réduction des volumes de DINP et de DOTP importés depuis la Corée du Sud. Ce phénomène peut, en partie, s’expliquer de part la raréfaction des porte-conteneurs et des conteneurs en Asie. A cela s’ajoute un arrêt imprévu sur l’un des sites de production de DOTP de LG. Il faut également tenir compte de la chute des volumes d’importation de DOTP depuis la Russie. SIBUR, le principal producteur russe de cet additif, préfère en effet se concentrer sur la satisfaction de la demande locale pour le moment.

Les importations depuis la Turquie, qui n’ont pas cessé, ne sont néanmoins pas suffisantes pour combler l’absence de ces volumes sur le marché européen. Les producteurs turcs ne risquent en revanche pas de déserter leurs clients basés en Europe, car ils bénéficient du bon niveau de la demande locale et de prix parfois plus intéressants qu’en Turquie.

Gare également aux effets de la maintenance du site de production de DINP de Deza, en République Tchèque, qui doit débuter en décembre 2020.