Aller au contenu principal
Bilan 2020 de la plasturgie allemande

05 mars 2021

La plasturgie allemande a sauvé les meubles en 2020

La GKV, l’organisation professionnelle représentant les plasturgistes allemands, présentait le bilan 2020 de la filière germanique lors de sa conférence annuelle, qui au lieu le 17 février dernier. Les ventes de la plasturgie allemande ont ainsi chuté de 5,6% l’année dernière, pour atteindre 61,5 milliards d’euros.

Chute de l’emploi et des ventes

Selon l’association, la filière allemande a transformé 14,2 millions de tonnes de polymères en 2020, soit 2.8% de moins qu’au cours de l’année précédente. 4,4 millions de tonnes de matières plastiques ont ainsi été utilisées par le segment de l’emballage, 5,3 millions de tonnes environ par le segment de la construction et 3,1 millions par les segments plus techniques. Les fabricants d’articles de grande consommation ont enfin consommé 1.5 million de tonnes de matériaux.

L’emploi a en revanche souffert de la crise sanitaire. Le nombre d’employés de la filière a en effet chuté de 4,1% pour atteindre 322 000 personnes, contre 326 000 en 2019, pour 3037 entreprises en activité.

Comme évoqué plus haut, la filière a réalisé 61,5 milliards d’euros de vente l’année dernière. 38,1 milliards d’euros sont le fruit du seul marché allemand, dont les ventes ont chuté de 5,5%. Les ventes à l’export, qui se chiffrent donc à 38,1 milliards d’euros, ont quant à elles enregistré une baisse de 6,6%.

Les plasturgistes allemands ne partageraient donc pas une vision unanime de leurs perspectives économiques, une tendance qui avait d’ailleurs déjà été observée en 2019 sur fonds de craintes de crise économique qui se sont depuis intensifiées suite à la pandémie. Certaines entreprises font ainsi preuve de confiance en leur avenir, tandis que d’autres se plaignent du climat d’incertitude qui règne sur leurs marchés.

Une année difficile pour le segment des pièces techniques

La performance des secteurs situés en aval de la plasturgie a différé. Les quantités de polymères transformées par celui de l’emballage plastique n’ont pas vraiment varié, tandis qu’elles ont chuté pour ceux de la construction, des articles de grande consommation et des pièces techniques. Ce dernier est d’ailleurs le secteur qui a le plus souffert de la crise sanitaire, avec un volume de matériaux transformés de 3.1 millions de tonnes, contre 3.3 millions l’année précédente.

Il faut en fait s’intéresser aux ventes pour mieux comprendre l’impact de la crise sanitaire sur ces différents marchés. Les ventes du secteur de l’emballage plastique ont ainsi baissé de 2.4%, pour atteindre 14,37 milliards d’euros. Celles du segment des pièces techniques ont en revanche chuté de 12%, pour se fixer à un peu plus de 17 milliards d’euros. Enfin, le secteur des articles de grande consommation accuse une diminution de 9% de ses ventes en valeur, soit 9.3 milliards d’euros réalisés en 2020.

Les fabricants de pièces automobiles thermoplastiques ont ainsi essuyé leur pire année depuis la crise financière de 2008, et l’avenir semble compliqué. Plusieurs constructeurs ont en effet décidé de repousser le lancement de certains de leurs modèles de véhicules, PSA et Fiat ont fusionné pour devenir Stellantis – avec peut-être à la clé une remise à plat de la chaîne d’approvisionnement, et il leur faut également se préparer à relever les défis de la transition vers la mobilité électrifiée.

Le développement économique des plasturgistes allemands compromis à moyen-terme

La GKV a par ailleurs rappelé que les plasturgistes allemands se montrent de plus en plus pessimistes depuis quelques années. Ils étaient 26% à signaler une progression de leur activité en 2020, contre 71% en 2017. Cette perte d’élan a lieu en parallèle à la chute des ventes, qui elle aussi s’est fait progressivement.

En 2019, environ 32% des plasturgistes allemands expliquaient leur intention de réduire leurs investissements en 2020. Ils sont désormais près de 49% à vouloir réduire la voilure en 2021, et seulement 18% tiennent à maintenir leurs investissements. Ils sont en revanche 32% à vouloir augmenter leurs investissements cette année, alors qu’environ 21% à vouloir investir plus en 2020.

Les plasturgistes allemands profitaient jusqu’ici de l’augmentation régulière de leurs chiffres d’affaires. Cette tendance ne devrait toutefois pas se répéter en 2021, notamment parce que les entreprises redoutent de graves difficultés à l’export. Si les volumes à l’exportation étaient plus stables en 2019, ils ont rapidement chuté en 2020 et remonter la pente risque de s’avérer difficile cette année. 52% des entreprises sollicitées dans le cadre de l’enquête de la GKV ont cependant indiqué compter sur une augmentation de leur CA, mais 33% s’attendent à ce qu’il continue à chuter.

La reprise économie compromise par les pénuries de polymères

Si les ventes ont sensiblement chuté en 2020, environ la moitié des sociétés interrogées par la GKV s’attendent à ce que celles-ci repartent à la hausse en 2021. 

La demande des secteurs avals de l’emballage et des transports a en effet redécollé au cours du dernier trimestre 2020, mais les pénuries de matériaux, assorties de très fortes hausses de prix, viennent fragiliser ce retour à la croissance. Pour la plasturgie allemande, ces difficultés devraient perdurer pendant encore plusieurs mois.

Les plasturgistes allemands souffrent donc autant de la crise des matières plastiques que leurs confrères français. Certains ont signalé à leur organisation professionnelle qu’en moyenne, seulement trois camions de matériaux sur dix commandés étaient bien livrés.

À lire aussi