Aller au contenu principal
Prix du plastique : planning des maintenances

01 mars 2021

Prix du plastique : l’impact des maintenances du printemps 2021

Les prix des polymères n’ont de cesse d’augmenter depuis des semaines, et ces hausses sont généralement importantes puisqu’elles atteignent plusieurs centaines d’euros dans certains cas. Les plasturgistes ont ainsi dû encaisser de très fortes augmentations de prix pour les polyéthylènes (PE), les polypropylènes (PP), les EVA, les PVC, les polystyrènes (PS) mais aussi les polyamides (PA), les ABS et bien d’autres polymères techniques. Plus inquiétant encore pour la survie de la filière : le fait qu’il existe de véritables pénuries pour certains matériaux au moment où les entreprises pensaient profiter de la reprise économique.

La plasturgie européenne face à une pénurie de polymères

Le service Performance économique de Polyvia publiait en janvier dernier ses prédictions de tendances de prix pour l’année 2021. La crise actuelle des approvisionnements en matières plastiques y est notamment analysée à travers le prisme de l’année 2015, qui avait elle aussi marqué, dans le mauvais sens du terme, l’esprit des plasturgistes français et européens. Il en ressort également que les tensions sur l’offre de matériaux ne sauraient disparaître avant la fin du premier trimestre 2021.

La situation risque cependant de ne pas s’améliorer avant la fin du premier semestre. En effet, les pétrochimistes européens ont prévu de nombreuses maintenances au printemps prochain. Ces arrêts de production, même s’ils ne sont en principe voués qu’à durer quelques semaines, feront suite à plusieurs cas de Forces Majeures. Ces derniers ont déjà provoqué un effondrement des volumes et des stocks de polymères disponibles sur le continent.

La plupart des sites pétrochimiques européens actuellement sous le coup de Forces Majeures n’ont pas de dates de redémarrage prévues. Même si l’on part du principe que certains pourraient être remis en activité à la fin du mois de février ou pendant la première quinzaine de mars, les délais de reprise de production seraient bien trop courts pour assurer la constitution de stocks suffisamment importants pour garantir une offre normale au cours des différents cycles de maintenances. Dans le cas précis des polyoléfines, il est peu probable que les volumes d’importations reviennent assez rapidement pour soulager le marché.

Des Forces Majeures en pagaille

Les arrêts de production et les notifications de Forces Majeures se multiplient depuis plusieurs semaines, et ce tout au long de la chaîne de valeur européenne des polymères. Voici ci-dessous les blocages repérés par Polyvia à la mi-février.

Incidents sur la production de monomères

  • Ethylène :
    • Divers arrêts de production chez OMV en Allemagne, chez Repsol en Espagne et chez Shell au Royaume-Uni
    • Maintenance chez Sabic au Royaume-Uni

Ce sont au total plus de 2.8 millions de tonnes de capacités de production annuelle qui sont momentanément arrêtées, sans compter les arrêts en Europe de l’Est, dont la demande pourrait être redirigée vers les producteurs ouest-européens.

  • Propylène :
    • Divers arrêts de production chez BASF et Repsol en Espagne et chez Gunvor et OMV en Allemagne.
    • 2 Forces Majeures : l’une chez PCK et l’autre chez Total, toutes deux en Allemagne.
    • 2 maintenances, dont l’une en Russie chez Taif et l’autre au Royaume-Uni chez Sabic.

Ce sont donc plus de 2.2 millions de tonnes de capacités de production annuelles de propylène qui sont momentanément arrêtées. Ici aussi, d’autres incidents de production sont d’actualité en Europe de l’Est, et il est possible que les pétrochimistes qui y sont basés viennent s’approvisionner auprès de fournisseurs ouest-européens.

  • Benzène et butadiène : divers arrêts de production chez OMV en Allemagne, chez Respol en Espagne et chez Total en France.
  • Styrène : Force Majeure chez la coentreprise de LyondellBasell et Covestro aux Pays-Bas. Un site français de Total tourne également à un rythme inférieur à la normale.
  • Acrylonitrile : Plusieurs Forces Majeures déclarées par Ineos sur ses lignes de production de Cologne, en Allemagne, et de Seal Sands, au Royaume-Uni.
  • Adiponitrile : Butachimie ne tournerait pas au maximum de ses capacités de production à Chalampé, en France. Il s’agit du seul site européen de production d’ADN.
  • Bisphénol A : Momentive serait en Force Majeure aux Pays-Bas.

Arrêts de production sur les polymères

  • Polyéthylène :
    • PEHD : Maintenances chez Ineos au Royaume-Uni et en Italie, un arrêt de production chez Ineos en France et 2 Forces Majeures chez Total, l’une en Belgique et l’autre en France. Une nouvelle Force Majeure a été déclarée chez Sabic à Geleen le 16 février 2021.
    • PEBD : 4 Forces majeures, chez Dow en Espagne, chez Total en France, chez Ineos en Allemagne et chez Sabic au Royaume-Uni.
  • Polypropylène :
    • 5 Forces Majeures, dont deux chez Total sur différents sites français, une chez LyondellBasell en Espagne, une chez Ineos au Royaume-Uni et la dernière chez Borealis en Belgique.
    • 3 maintenances sont également en cours chez Ineos au Royaume-Uni et chez Sabic en Allemagne et aux Pays-Bas.
    • Un arrêt de production chez Borealis en Allemagne
  • Polystyrène : une Force Majeure chez Total en France et deux maintenances en cours chez Ineos en Belgique et Ravago en Allemagne. Certains sites de Total ne tourneraient pas au maximum de leurs capacités.
  • PVC :
    • Une Force Majeure chez Kem One à Saint-Fons.
    • Les sites de Mexichem en Allemagne, de Vynova aux Pays-Bas et de PKN Orlen en Pologne ne tourneraient pas au maximum de leurs capacités de production, d’autres pétrochimistes ont mis certains grades sous allocation.
  • SAN : une Force Majeure chez Trinseo aux Pays-Bas.
  • PA 6 : 2 Forces Majeures chez Lanxess en Allemagne et en Belgique.

Pour les plasturgistes, ces différents sont arrêts sont autant de mauvaises nouvelles. A cela s’ajoutent des phénomènes d’exportations de polymères produits en Europe vers le reste du monde, notamment vers l’Asie. La Chine aurait en effet importé d’importants volumes de matériaux produits ailleurs dans le monde, et aurait donc accaparé au passage une partie de la production européenne, en tout cas jusqu’au Nouvel An Chinois.

Des dizaines de maintenances prévues au printemps 2021

Plusieurs maintenances ont de surcroît été annoncées pour le printemps 2021. Celles-ci concernent les monomères comme les polymères. Pour les plasturgistes, cela signifie potentiellement de plus grandes difficultés d’approvisionnement. Il leur est notamment conseillé de consulter le Kit Force Majeure de Polyvia pour tenter de faire face à la situation, si cela leur est possible.

Connectez-vous pour consulter le planning européen des maintenances

À lire aussi