Aller au contenu principal

02 novembre 2021

Le mot de Sébastien Petithuguenin : recycleurs et plasturgistes, faire face ensemble aux enjeux environnementaux

Dans la campagne électorale qui s’ouvre, la tentation peut être forte pour les candidats d’emporter l’adhésion sur le terrain écologique avec des mesures démagogiques contre le plastique. Or, on ne le dira jamais assez dans ce contexte de dénigrement systématique : l’usage du plastique a des atouts majeurs pour répondre aux enjeux climatiques. Recyclé, il permet de limiter les émissions de carbone et le recours aux ressources fossiles.

Il est de la responsabilité des acteurs du secteur de prévenir les excès d’usage des plastiques quand ils ne sont pas indispensables. Il faut ainsi documenter leurs atouts de légèreté, de durabilité, et donc sur l’économie en CO2 qu’ils permettent et faire oeuvre de pédagogie sur ces points. Les plasturgistes doivent aussi penser la fin de vie de leurs produits et en réduire l’impact environnemental.

Pour cela, le recyclage est une solution incontournable. Il est ainsi primordial de ne pas laisser opposer recycleurs et plasturgistes. Au contraire, nous devons travailler ensemble à développer l’écoconception, à incorporer davantage de plastiques recyclés, à collecter les produits en fin de vie et enfin les recycler, autant que possible dans les process originels. Il est essentiel pour la crédibilité de la filière d’amener le taux de collecte et de recyclage des plastiques à la hauteur de celui des autres matériaux (papiers, cartons, aluminium, verre).

La pression est déjà là, qui monte. Sociétale et législative. Pour l’instant, par exemple, l’obligation des taux d’incorporation de matières recyclées concerne le PET dans les bouteilles mais elle va s’étendre rapidement à d’autres secteurs et à toutes les REP (responsabilité élargie du producteur), dans l’automobile, le bâtiment, un important consommateur de matières premières issues du recyclage. Seuls des forts partenariats entre les acteurs permettront de faire face, de garantir la traçabilité et qualité des matières recyclées pour les uns, de travailler à l’intégration de recyclé pour les autres. Les acteurs qui tireront le mieux leur épingle du jeu dans les années à venir sont ceux qui auront anticipé, travaillé l’écoconception de leurs produits, qui en auront restreint les usages aux matières ad hoc et sélectionné les meilleures matières recyclées.

Nous faisons face au même enjeu, l’enjeu fondamental du XXIème siècle : la décarbonation de l’économie. Avec les mécanismes de taxation carbone qui se mettent en place, sur les plastiques non recyclés, sur les passages aux frontières, les industriels utilisant des plastiques recyclés pourront ainsi non seulement répondre aux enjeux climatiques mais aussi rester compétitifs !

Sébastien Petithuguenin,
Vice-président de Polyvia et Directeur général de Paprec