Aller au contenu principal
Technologie pré métallisation

14 avril 2021

Metalfog : une solution de pré-métallisation clé en main

Metalizz, récemment devenue partenaire du pôle Performance Industrielle de Polyvia, nous éclaire sur le fonctionnement de leur technologie de pré-métallisation innovante : Metalfog. Découvrez également pour quelles applications ce procédé se révèle particulièrement intéressant.

En 2017, Metalizz a lancé son activité avec la machine MetalFog : une technologie de métallisation chimique brevetée et fabriquée en France. Comment cette aventure a-t-elle débuté ?

La société Metalizz a été créée dans le but de développer des solutions de métallisation de pièces plastiques qui soient internalisables par les entreprises, sans nécessiter d’infrastructures ni de compétences spécifiques.

L’innovation est au cœur de nos engagements, c’est de cette façon que nous entendons répondre aux besoins des clients. Nombreux sont ceux qui ressentent le besoin d’internaliser un procédé, pour davantage d’autonomie et de réactivité, mais aussi pour renforcer le niveau de confidentialité des pièces créées. C’est particulièrement vrai pour les designers et les laboratoires qui ne préfèrent pas passer par des sous-traitants.

De la même façon, avec l’essor de l’impression 3D dans l’industrie, la tendance est plutôt à l’internalisation des technologies, afin de concevoir des prototypes réalistes ou des petites séries de pièces de façon flexible et réactive. Il manquait alors des équipements pour réaliser la finition de ces pièces en métallisation.

Les finitions recherchées sont aussi de plus en plus pointues, avec de nombreuses demandes d’ennoblissement de pièces par revêtement métallique ou coloré.

Une fois ce constat établi, notre objectif était de transformer une technologie complexe qui nécessite des infrastructures lourdes, des ressources humaines dédiées, etc., pour la transposer dans une machine « clé en main », simple d’utilisation et qui ne nécessite pas de compétences technologiques particulières.

Pour cela, nous nous sommes appuyés sur notre savoir-faire pour caractériser des matériaux et sur notre expérience pour rendre conductrices des pièces plastiques, ainsi nous réussissons à faire adhérer des matériaux aux caractéristiques opposées et à réaliser des finitions particulières.

Après plus de 2 ans de recherche et développement, des phases de tests avec un client qui a réalisé les premiers essais, nous avons lancé la machine de pré-métallisation Metalfog.

Pouvez-vous nous expliquer son fonctionnement ?

La Metalfog a un fonctionnement simple. Plusieurs pièces sont positionnées sur un support dans une cuve de capacité de 10 ou 18 litres fonctionnant à température ambiante. Des agents chimiques sont pulvérisés sous forme de gouttelettes dans la cuve pour créer une réaction au contact de la pièce et développer la couche métallique. Les temps de cycle sont très courts, quelques minutes suffisent pour créer le dépôt. Le système tournant à 360° permet en effet de couvrir les pièces plus rapidement et plus uniformément dans tous leurs recoins.

Il faut noter que 30 à 40 pièces peuvent être positionnées en une seule fois sans impacter la qualité du procédé : les petites séries pour la cosmétique, la lunetterie, la bijouterie, la maroquinerie ou encore pour les bureaux de design sont particulièrement adaptées.

Après cette étape de pré-métallisation, d’autres technologies pourront compléter le processus de finition des pièces, telles que la galvanisation, le dépôt de vernis coloré…

La machine Metalfog a été conçue pour prendre en compte les enjeux environnementaux. Nous avons travaillé sur des chimies sans chrome et sur l’empreinte carbone de la machine, afin qu’elle soit la plus faible possible. Le procédé engendre très peu de gaspillage de produits chimiques en raison d’un travail en environnement fermé : la pulvérisation dans une cuve nécessite moins de produits qu’avec des procédés conventionnels.

Quelle est la singularité de cette machine de métallisation chimique ?

Sa plus grande spécificité est d’être « prête à l’emploi ». Si l’on devait prendre un point de comparaison, l’utilisation de la Metalfog est aussi simple que de suivre une recette de cuisine !

Le système a été conçu pour être très intuitif, de façon à simplifier l’usage et permettre à chacun de l’utiliser sans connaissances spécifiques en galvanisation ou chimie. Les consommables nécessaires se présentent sous forme de kits codifiés, ne laissant pas place aux erreurs. La formation sur la machine ne dure qu’une demi-journée et peut se faire à distance. Nous avons développé un logiciel spécifique qui reste « ouvert » afin de laisser la possibilité aux utilisateurs de personnaliser les cycles en fonction de la taille ou de la géométrie des pièces et de leurs contraintes.

La machine fonctionne avec de l’électricité et de l’air comprimé, et elle ne dégage pas d’odeurs ou de gaz nocifs grâce à son système de captation des rejets et de dépollution qui sécurise le process. De plus, son format n’étant pas très imposant, l’utilisation en environnement de bureau ou dans un atelier est parfaitement adaptée, avec pour seule contrainte la présence d’une VMC.

Pour quels types d’applications est-il particulièrement intéressant de recourir à ce procédé ?

Cette technologie est particulièrement adaptée pour les pièces imprimées en 3D puisqu’elle vient combler le maillon manquant entre l’étape d’impression 3D et la galvanisation métallique des pièces. Elle s’inscrit dans une dynamique similaire aux technologies de fabrication additive en garantissant réactivité, indépendance, confidentialité…

Metalfog avant après

De façon générale, la technologie Metalfog convient à la plupart des pièces plastiques non conductrices réalisées sur tous types de procédés (injection, thermoformage…). Elle permet aux pièces de recevoir ensuite le dépôt métal par électrolyse pour des applications où le rendu esthétique est primordial : bijouterie, luxe, cosmétique, lunetterie, packaging…

Solution prémétallisation

D’autres applications se démocratisent, pour les industriels ou les laboratoires scientifiques qui souhaitent effectuer un blindage électromagnétique avec l’argent déposé par la machine Metalfog sur des antennes par exemple, ou des pièces aéronautiques ou automobiles. L’intérêt est notamment de réduire le poids des pièces par rapport au cuivre, sans perte de propriétés.

Nous orientons désormais nos développements vers une machine qui permettrait d’améliorer l’état de surface des pièces imprimées 3D, toujours dans l’optique de fournir des solutions simples, rapides automatisées et ecofriendly.

Pour plus d'informations...

Pôle Performance Industrielle

Pour découvrir d'autres innovations ou être accompagné sur une optimisation de procédé ou un choix technologique ou matière, nous vous invitons à solliciter notre pôle Performance Industrielle.

En savoir plus.

Sur le même thème
Pour aller plus loin