Aller au contenu principal

28 mai 2021

Poly To Poly, une stratégie plus verte pour les plasturgistes

Histoire d’une start-up, créée en 2018, implantée à Orléans qui a vocation à développer des techniques propres pour la filière de la plasturgie et à favoriser l’utilisation de matériaux recyclés dans les productions. Rencontre avec les fondateurs Edouard Garreau et Marine Charrier, en charge des opérations de développement de l’entreprise

Pouvez-vous nous présenter Poly to Poly et ses objectifs ?

Notre entreprise, regroupant un effectif de 15 collaborateurs, créée à Paris, est venue s’installer au cœur de l’espace Lab’O à Orléans, qui repère et accompagne les créateurs d'entreprises innovantes. Poly to Poly a vocation à accompagner les plasturgistes dans leurs démarches d’intégration de plastiques recyclés dans leur production. Plus concrètement, elle identifie des recycleurs et vend des matières recyclées, préalablement analysées et caractérisées, via une plateforme digitale, aux industriels et assure aussi l’acheminement des commandes.

S’intéresser au plastique recyclé est devenu une tendance forte aujourd’hui, voire une nécessité dans le souci commun de préserver la planète et de développer une industrie plus verte. Pour les petites entreprises de la plasturgie, la tâche est loin d’être aisée. Notre entreprise se donne pour mission de permettre aux plasturgistes de gagner du temps, d’optimiser leurs coûts de production, et surtout de garantir la qualité de leurs matériaux, en commandant leurs stocks matières via une plateforme digitale. A noter que Poly to poly, a été labellisée Green Tech verte par le ministère de la Transition écologique et solidaire.

Notre volonté est de leur apporter des solutions et de favoriser autant que possible la hausse du taux d’intégration de matières recyclées. Nous avons une équipe d’ingénieurs qui bénéficient d’une expertise dans la caractérisation des matériaux et la sécurisation des approvisionnements pour des applications très diversifiées. L’objectif est de faciliter les process.

L’économie circulaire n’en est qu’à ses débuts. Nous sommes aussi à une période de transition. Notre rôle prend ici tout son sens. Nous travaillons peu avec les grands comptes mais nous privilégions plutôt un partenariat avec les petites entreprises de plasturgie, impliquées dans une démarche de recyclage. Il existe un déséquilibre économique entre les recycleurs qui ont des difficultés à vendre et ceux qui peinent à sourcer les matières. Nous avons réalisé par ailleurs, que beaucoup de plasturgistes ne connaissaient pas vraiment leurs matériaux. De fait, nos collaborateurs ingénieurs ont une vraie expertise à apporter en termes de certification de matériaux pour des applications optimisées. Nous exerçons pour une gamme de marchés étendue : emballages, automobile, bâtiment, environnement...

Actuellement, Poly to Poly s’appuie sur un réseau de plus de 900 recycleurs en France et en Europe pour étoffer son activité de fourniture en polymères recyclés. Notre site utilise essentiellement des résines issues du recyclage de déchets post-consommation (PET, PE, PP, PVC et un peu d’ABS).

Pourquoi avez-vous choisi de vous implanter à Orléans ?

Nous ne souhaitions pas nous établir dans une grande ville comme Paris. Nous avons aussi une vocation sociale et voulons avoir une connexion forte avec un territoire. Ainsi, dans la région du Loiret, nous développons de l’emploi. Récemment, nous avons recruté des collaborateurs en provenance de Clermont, Lyon, et d’autres villes françaises. C’est d’ailleurs une satisfaction pour nous d’attirer des talents dans notre entreprise car ce sont des personnes qui partagent nos valeurs et nos missions. Cela nous conforte dans notre démarche vertueuse. Nous programmons d’autres recrutements et ciblons un effectif d’une trentaine de collaborateurs à la fin de l’année.

Avez-vous déjà participé à des concours industriels ?

Oui plusieurs, par exemple en janvier 2020, nous avons participé avec succès au concours I-Nov de l’Ademe, dans la catégorie économie circulaire. Cela est encourageant. Notre volonté aujourd’hui est de devenir un acteur référent en France mais aussi à l’international dans la connaissance des polymères recyclés et dans l'optimisation de leur intégration dans l’industrie.

Pouvez-vous nous parler de vos dernières innovations ?

En avril 2020, notre entreprise a mis au point une application visant à identifier des gisements de matières plastiques pour les proposer aux recycleurs. Ainsi, les entreprises utilisant des emballages, déposent leurs déchets plastiques à la disposition de Poly to Poly sur une application mobile. Lorsque le volume est suffisamment important, notre entreprise se charge de l’enlèvement et du stockage des matériaux, puis grâce à son réseau valorise ces matières pour les remettre sur le marché sous forme de plastique recyclé. Un cercle vertueux.

Comment envisagez-vous votre partenariat avec Polyvia ?

Votre nouvelle organisation qui couvre désormais la France entière est une véritable opportunité pour nous. Nous envisageons de nous rapprocher de votre équipe Performance industrielle, afin d’avoir un éclairage plus fin sur les problématiques matières et process. Je pense qu’il s’agit d’une relation gagnant-gagnant pour les deux parties. Les échanges dans le cadre des évènements organisés par Polyvia devraient nous permettre de mieux cerner les attentes des plasturgistes que nous souhaitons accompagner.

Contact