Aller au contenu principal

18 mars 2022

Premier anniversaire de Polyvia !

En ce début d’année 2022, nous fêtons le premier anniversaire de Polyvia. Comme toujours dans ces circonstances, nous avons le sentiment que Polyvia existe depuis très longtemps alors qu’en réalité nous sommes encore une toute jeune organisation.

La mise en place de Polyvia, de Polyvia Formation et de Via Industries a nécessité un travail extrêmement important pendant les deux années de préparation. Le travail a porté sur les grands éléments constituant notre environnement d’organisation professionnelle.

Les missions fédérales 

  • L’inventaire de ces missions, peu connues, a permis aux industriels portant le projet de Polyvia d’en découvrir le contenu et la nécessité de renforcer les missions de prospective, d’influence et de prise en compte de l’environnement. Sont ressorties en particulier la nécessité d’une représentation forte aussi bien en France qu’en Europe et une communication institutionnelle nationale.
  • Dans le domaine de l’offre de services, les aspects juridiques et SSE ont été mis en avant et tout ce qui est lié à l’emploi et les compétences, à la performance industrielle et à la performance économique a nécessité un travail de structuration.
  • Les réflexions sur la formation ont permis d’approfondir la vision des industriels. Celles-ci ont permis de développer une vision politique vis-à-vis des instances paritaires (comme l’OPCO 2i) ou de notre propre organisation aussi bien en formation initiale qu’en formation continue.
  • Le groupe de travail sur l’image et la marque a conduit à inventer un nouveau périmètre de marque de l’ensemble de l’organisation alliant à la fois l’ADN patronal et l’offre de services proposée aux industriels. Le nom de Polyvia, les valeurs qu’il porte et les missions associées ont été les bases solides de la création de notre nouvelle organisation.

Le contexte 

L’année 2021 a été une année complexe du fait de son contexte. D’une part, la pandémie Covid-19 que l’on attendait en sensible diminution au cours de l’année a présenté de nouvelles vagues liées à de nouveaux variants du virus. Heureusement, les leçons de la première vague ont été tirées dans le domaine économique et ont permis de limiter les impacts sur notre industrie et son fonctionnement.

Mais en parallèle de cela, la reprise liée la fin de la première vague a généré une profonde crise des matières premières qui a impacté très fortement notre activité dès le tout début de l’année 2021. Cette crise des matières premières, accompagnée d’une crise des transports puis plus tard dans l’année d’une crise de l’énergie ont profondément modifié le modèle économique d’un certain nombre d’entreprises sans que cela puisse être intégralement répercuté auprès des donneurs d’ordres. Dans le domaine particulier de l’automobile, les décisions prises au niveau national et au niveau européen, en particulier dans le domaine de l’électrification, ont conduit les constructeurs à des transformations profondes dont l’impact sur les entreprises de la plasturgie commence à être perçu petit à petit en fin 2021, mais dont les répercussions seront fortes en 2022 et dans les prochaines années. La mise en oeuvre progressive de la loi Agec a donné lieu parallèlement à un cycle de décrets dont certains ont entraîné immédiatement une remise en cause de la part des donneurs d’ordres en particulier de l’agro-alimentaire. Ces effets sont beaucoup plus rapides que la planification incluse dans la réglementation. La loi climat adoptée en 2021 porte aussi des remises en cause profondes de notre profession.

C’est dans ce contexte extrêmement évolutif que Polyvia a posé les premiers jalons de son existence. Sans rentrer dans le détail des travaux qui ont été menés, il semble important de mettre en avant plusieurs transformations particulières.

La proximité 

La proximité est la première des valeurs de Polyvia. Elle a fait l’objet d’une attention plus particulière de la part de la gouvernance et de l’ensemble des équipes. C’est dans ce contexte que les comités régionaux se sont mis en place et qu’ils ont permis aux industriels de garder une connexion de proximité territoriale. Cette implantation locale est une nouveauté pour un certain nombre de régions et doit faire l’objet dans les prochaines années d’une consolidation essentielle, avec un assouplissement des statuts. Néanmoins, l’équipe territoires a évolué pour prendre en compte totalement cette nouvelle fonction aussi bien dans le domaine patronal que dans le domaine des services et de la formation.

La gouvernance 

La nouvelle organisation territoriale admise dans le conseil d’administration par la présence des présidents des comités régionaux ainsi que la mise en place progressive des marchés ont conduit à une gouvernance qui s’est installée au travers de 3 moments principaux : un séminaire au mois de février à Lyon qui a pris la décision essentielle de lancer un Livre Blanc de la Plasturgie, l’Assemblée Générale du mois de juillet puis enfin le séminaire du conseil d’administration à Caen et Alençon en novembre. Deux de ces évènements ont pu se dérouler en présentiel. Ces moments ont permis aux nouveaux administrateurs de mieux se connaître et d’intégrer les enjeux essentiels de notre profession pour les prochaines années. Cette base solide confortée par la prochaine diffusion du Livre Blanc va permettre à la gouvernance de jouer pleinement son rôle dans les prochaines années.

Les équipes 

Le contexte de la pandémie n’avait pas permis pendant la phase préparatoire d’organiser la mise en relation des équipes autrement que de manière virtuelle. Ce n’est qu’à l’automne 2021 qu’il a été possible enfin de réunir l’ensemble des équipes pour développer un meilleur sentiment d’appartenance et créer plus de convivialité. Les journées des 14 et 15 octobre ont été particulièrement réussies. Les managers ayant pour beaucoup désormais des équipes réparties sur plusieurs sites sur le territoire ont dans la mesure du possible fait les efforts nécessaires pour que ces équipes travaillent de manière collaborative et coordonnée. Il reste dans ce domaine un travail important à faire et encore des règles de fonctionnement communes à préciser. C’est dans ce domaine que la crise Covid a eu le plus d’impact.

Image et communication 

La marque Polyvia a été lancée dans les conditions difficiles de la pandémie avec tous les moyens nécessaires à ce qu’elle soit connue rapidement. C’est aujourd’hui quelque chose d’acquis aussi bien en interne avec les adhérents que vis-à-vis des institutions extérieures. La présence sur les réseaux sociaux est significative, et va être renforcée. L’image que nous projetons est positive et beaucoup de nos interlocuteurs sont impressionnés par la capacité que nos organisations ont eu à se remettre en cause. Néanmoins, cette réussite crée des exigences encore plus importantes que par le passé. En particulier dans le domaine de la communication, la marque Polyvia doit porter de nombreux messages aussi bien dans le domaine de l’image des plastiques que dans le domaine de l’attractivité de l’industrie ou dans celui de l’innovation et du progrès. C’est un challenge permanent, porté par la gouvernance, les équipes de permanents, mais aussi et surtout par l’ensemble des adhérents et de leurs salariés. Le Livre Blanc va être dans les prochaines semaines un outil essentiel pour porter cette image et pour montrer la détermination des industriels de la branche à affronter voire dominer les difficultés qu’ils sont amenés à rencontrer actuellement

Les marchés 

Une approche par marché a été décidée dans le cadre du projet Polyvia et s’est donc mise en oeuvre progressivement en 2021. Il est important de noter l’engagement des industriels dans cette démarche, en particulier les présidents des pôles marchés. La journée de synthèse qui a eu lieu le 1er décembre a montré toute la pertinence de cette approche et il s’agit donc maintenant d’élargir le mode de fonctionnement et d’être de plus en plus proche des préoccupations des industriels de chaque marché. Il est d’ailleurs intéressant de noter à quel point ces préoccupations sont extrêmement différentes selon les secteurs d’activité, ce qui justifie s’il en était nécessaire les besoins d’une organisation par marché à l’intérieur de Polyvia.

L'influence 

Le rôle que jouait la Fédération avant la création de Polyvia a été plus clairement identifié pour de nombreux adhérents de notre organisation. L’importance de ce rôle surtout dans la période de crise que nous traversons a été fortement mise en évidence sur le sujet des matières premières. La création de Polyvia a donné à l’ensemble de notre profession une bien meilleure crédibilité pour aller au contact des grands pétrochimistes et des institutions sur ce sujet. C’est dans les prochains mois et les prochaines années que se joue l’avenir du plastique dans un certain nombre d’usages, d’où la nécessité que la fonction influence en lien avec la fonction communication se renforce et affirme sa présence auprès de toutes les fonctions de pouvoirs. C’est le rôle que doit remplir le Livre Blanc tout en restant un outil pédagogique propre à le rendre accessible à la grande majorité. Les prochaines élections présidentielles et législatives vont être l’occasion de renouveler notre positionnement et notre présence auprès du gouvernement et des parlementaires de l’Assemblée nationale. L’année 2021 a été celle de la mise en place de Polyvia dans un contexte complexe qui a conduit à se donner des priorités très dépendantes des crises rencontrées. Même si ce contexte ne se simplifie pas à court terme, Polyvia doit maintenant se projeter dans son évolution aussi bien au niveau de ses équipes que dans son positionnement de branche professionnelle, proches des préoccupations de ses adhérents, agile dans son organisation, ayant une bonne capacité d’influence et portant l’image d’une industrie du futur, respectueuse de l’environnement, une industrie dans laquelle on a envie de s’engager ! 

Polyvia doit maintenant se projeter dans son évolution aussi bien au niveau de ses équipes que dans son positionnement de branche professionnelle