Prix du plastique : vigilance quant à la hausse des coûts des transports

8 décembre 2020
Le coût du fret augmente à l’échelle mondiale et impacte déjà les prix des polymères sur plusieurs continents, sauf a priori l’Europe. Le niveau de l’eau du Rhin est cependant en train de baisser, et l’ensemble de ces facteurs pourrait, à terme, participer à des hausses de prix supplémentaires pour les plastiques commercialisés en Europe.

Les prix des polymères ont tendance à augmenter en Europe. C'est par exemple le cas des PVC, dont le marché subit une véritable pénurie, et des polyuréthanes, où l'effet du déconfinement s'est fait sentir. Les prix des plastifiants pour le PVC ont également tendance à augmenter et s'approvisionner de vient de plus en plus difficile pour ces additifs en Europe.

La hausse mondiale du coût du fret et la baisse du niveau de l'eau du Rhin pourraient non seulement conforter ces tendances haussières déjà existantes, mais également appuyer l'augmentation des prix d'autres matériaux plastiques

L’Asie au centre des augmentations mondiales des coûts du fret

Le coût du fret a sensiblement augmenté à l’échelle mondiale au cours des dernières semaines. Ce phénomène a soutenu des hausses de prix sur plusieurs marchés régionaux des polymères. Il s’explique principalement par la pénurie de containers et de porte-containers survenue en Asie.

La demande chinoise de polymères, ainsi que d’autres pays d’Asie du Sud-Est, est effectivement bien repartie une fois que les mesures prises dans le cadre de la crise sanitaire ont été levées. Cette hausse constante, observée depuis la fin du second trimestre 2020, s’est récemment conjuguée à un sursaut de l’activité productive en vue des fêtes de fin d’année.

Les difficultés logistiques liées aux mesures de lutte contre le nouveau coronavirus ont quant à elles entraîné une réduction du nombre de containers et de porte-containers sur le marché international du fret. Le déséquilibre flagrant entre l’offre et la demande du marché du transport maritime a ainsi engendré de fortes augmentations des coûts du fret entre l’Europe et l’Asie, mais également en mer Méditerranée et dans le Golfe du Mexique. Autant de voies maritimes capitales pour le marché international des polymères.

La bonne santé économique chinoise a encouragé de nombreux opérateurs à déployer des containers vides en Asie, provoquant ainsi une pénurie de containers dans les autres régions du monde. Certaines lignes n’opèrent de plus qu’une fois tous les quinze jours, alors qu’elles le faisaient auparavant une fois par semaine. Le manque de containers et de navires a finalement provoqué une forte hausse des cours mondiaux du fret à la fin du troisième trimestre 2020.

En effet, l’augmentation concomitante utilisation du fret entre l’Asie et les Etats-Unis, en Inde, ainsi qu’ailleurs en Occident et dans les pays méditerranéens a tiré les coûts du transport international des polymères vers le haut. La situation est telle que certains pétrochimistes européens se sont retrouvés contraints d’envoyer des volumes de polyoléfines (polyéthylène et polypropylène) vers la Chine par train.

Impact de la hausse du coût du fret sur les marchés mondiaux des plastiques

Les prix de certains polymères ont sensiblement augmenté en Asie suite à ce phénomène. Les fabricants de polypropylène ont par exemple profité de fenêtres d’exportation vers l’Asie intéressantes en termes de prix de vente. Ils parviennent depuis à maintenir la tendance haussière des prix en s’appuyant sur la hausse du coût des cargos dans la région.

Les prix du PVC ont également fortement augmenté en Inde par rapport à la même période de l’année précédente, et ce même pour les fournisseurs basés ailleurs en Asie. Ces hausses ne peuvent être uniquement imputée à la demande indienne. Elles résultent également de l’augmentation du coût du fret entre les différents pays asiatiques.

La pénurie de moyens de transport maritime impacte également les prix du PET dans certaines régions du monde, notamment en Turquie et en Afrique. L’indisponibilité des containers a en effet ouvert la voie à de fortes augmentations des prix du polymères en Turquie, en plus de provoquer des difficultés d’approvisionnement en amont de la chaîne de valeur. Les producteurs locaux de PET accusent en effet des retards de livraisons sur leurs matières premières.  

En Afrique, les producteurs locaux de PET ont profité des hausses de prix pratiquées à l’étranger pour augmenter les leurs. Ces pratiques sont a priori peu disputées car l’offre n’est pas forcément suffisante pour couvrir toutes les demandes.

Quelle influence sur les prix européens des plastiques ?

La hausse mondiale du coût du fret n’a pour l’instant pas directement impacté les prix européens des polymères. L’équilibre mondial demeure toutefois fragile, et il convient donc de surveiller étroitement la situation.

Les importations de polyéthylène produit aux Etats-Unis ont été interrompues par la crise sanitaire. A cela s’est ajoutée la saison des ouragans qui se sont abattus sur le Golfe du Mexique et ont incapacité plusieurs pétrochimistes pendant de nombreuses semaines.

La hausse mondiale du coût du fret, conjugué à un maintien de prix bas en Europe alors qu’ils augmentent aux Etats-Unis, pourrait prolonger l’interruption des importations de PE. La situation peut potentiellement s’avérer inquiétante pour les plasturgistes qui utilisent ces matériaux, étant donné que les déclarations de Forces Majeures se multiplient actuellement en Europe 

Connectez-vous pour lui la suite de l'article et découvrir les arrêts de production sur le polyéthylène et le polypropylène.

  • PEHD : Force Majeure chez Total à Gonfreville et maintenance chez Ineos à Rosignano ;
  • PEBD-L : Maintenance chez Ineos à Grangemouth ;
  • PEBD : Forces Majeures chez Dow à Tarragone, chez Ineos à Worringen, chez Sabic à Wilton et chez Total à Carling.

Le marché européen du polypropylène est quant à lui moins influencé par les importations en provenance d’autres régions du monde. Plusieurs arrêts de production sont néanmoins à déplorer, dont une maintenance chez Braskem à Schkopau, une autre chez Sabic à Geleen, ainsi que des Forces Majeures chez Total à Gonfreville et Lavera, en plus d’arrêts de production chez Sabic et Borealis en Allemagne.

Le déséquilibre entre l’offre et la demande, conjugué à une hausse du coût des transports internationaux qui viendrait dissuader toute importations, pourraient provoquer des augmentations de prix pour ces polymères.

Le marché européen du PET n’est pour l’instant pas directement impacté par l’augmentation des cours du fret à l’international, mais les prix de ces plastiques suivent cependant une tendance haussière depuis plusieurs mois. Cela s’explique par une réduction importante de l’offre européenne de matériaux, et ce même si le marché amont est plutôt calme.

En effet, la demande des Etats-Unis capte désormais des volumes produits en Europe, privant les plasturgistes locaux de certains volumes. A cela s’ajoute la durée allongée d’une maintenance sur l’un des sites clés du continent. Celui-ci a depuis redémarré, mais l’absence des volumes qui n’ont pas été produits pendant plusieurs semaines se fait encore sentir.

La hausse des coûts logistiques dissuade les importations de PET en Europe. Le prix du matériau risque donc de continuer à augmenter d’ici le début de l’année prochaine.

Alerte sur le niveau de l’eau du Rhin

Comme évoqué lors d’articles précédents, le Rhin est un fleuve capital pour la pétrochimie européenne. Il permet en effet de refroidir certaines lignes de production de monomères et de polymères qui sont basés le long de son lit, en plus de permettre le transport de ces matériaux entre les pays du Nord et du Sud de l’Europe.

Le niveau de l’eau du Rhin s’est avéré extraordinairement bas en novembre, et certaines barges ne peuvent désormais plus être chargées à 100% de leurs capacités pour pouvoir circuler. La baisse du taux d’utilisation des navires a, ici aussi, entrainé une hausse du coût du transport, cette fois-ci fluvial.

Les effets de cette sécheresse se feraient déjà sentir sur le marché du styrène. Les pétrochimistes sont contraints d’acheter le monomère en volumes moins importants, et le payent également plus cher.

D’après les experts, la situation ne pourra pas s’inverser tant que des précipitations importantes n’ont pas lieu. Le niveau de l’eau à Kaub, un passage clé, n’atteint actuellement qu’1m30. Cela signifie que même de navires de taille moyenne ne peuvent plus y circuler s’ils sont trop chargés.

La conjugaison des arrêts de production évoqués plus haut, de la hausse du coût du fret à l’échelle mondiale et de la baisse du niveau de l’eau du Rhin pourraient entraîner l’augmentation des prix de plusieurs polymères en Europe sur la fin 2020 et le début d’année prochaine.