Aller au contenu principal

19 mai 2022

Replace : un avenir pour les plastiques multi-composants

Comment donner une seconde vie aux déchets plastiques « sans solutions » ? Comment trouver une alternative à l’enfouissement et proposer des dispositifs rentables et pertinents ? C’est le challenge que l’entreprise mosellane, Replace, s’attache à relever depuis 3 ans. Entretien avec les fondateurs, Laurent Villemin et Christian Horn, convaincus par les valeurs du recyclage.

Comment est née l’entreprise Replace ?

En 2019, Christian Horn et moi-même avons fondé l’entreprise Replace (Reuse Plastic Circular Economy) dont je suis le président. Mon associé, Christian, a développé une expertise dans la fabrication des premières palettes en plastique recyclé encore utilisées par l’industrie Steelcord. D’autre part, il a créé un « Proof of Concept » de recyclabilité de chutes d’encollés émanant de la production d’étiquettes autoadhésives en PP et en PE. La matière obtenue de cette transformation pourra être réexploitée pour la fabrication de profilés lourds. Pour ma part, j’ai exercé durant une trentaine d’années dans le secteur des plastiques et caoutchoucs, au sein de grands groupes tels que Albéa, Michelin, avec des missions de management à l’international et la gestion de projets. La problématique de gestion des plastiques après utilisation, est un sujet au centre de nos préoccupations. Le plastique offre des atouts incontestables dans différents marchés et c’est la volonté commune de créer une filière de recyclage pour les plastiques multi-composants qui a motivé la création de Replace.

Quelques mots sur le crédo de Replace

Notre objectif est de construire des business modèles, de recycler le plastique avec des coûts optimisés et de générer une économie vertueuse pour l’ensemble des acteurs. Notre ligne de conduite, c’est aussi de réduire notre empreinte carbone en évitant les déplacements, avec une logique de développement de proximité. Nous travaillons avec des acteurs locaux. Notre première unité de production est installée à Vienne le Château (Marne) et l’entreprise adaptée, Argonne production est l’un de nos fidèles partenaires. Dans cette même optique, Replace s’attache à travailler en boucle circulaire, avec des installations proches de la matière première et des marchés. Nous avons vocation à fabriquer des produits compétitifs, recyclables et utilisables au plus proche des sites de production.

Pouvez-vous nous parler de votre machine IPRA 250 et de ses applications actuelles ?

En 2019, nous avons sollicité l’entreprise AISA (Automation Industrielle - www.aisa.com) afin de créer une machine en capacité de recycler, transformer les déchets plastiques ainsi que les déchets multi-composants. Une première ligne de production a été mise au point. La machine, baptisée IPRA 250, réalise des pièces neuves au moyen de différentes catégories de plastiques. Ainsi, en partenariat avec les entreprises Aisa et Keepfil Corporation, nous avons développé en commun un tuteur en matière recyclée pour vignobles. Ce produit baptisé Tutofi ®, constitué en partie de matières plastiques aluminisées, est un produit imputrescible, recyclable, d’une grande robustesse, programmé pour une durée de vie pouvant atteindre une vingtaine d’années, et résistant au passage des outils d’intercep dans les vignes. C’est un dispositif qui a bien trouvé sa place en région champenoise et qui a reçu la médaille d’or de l’Innovation au concours SIVAL à Angers, en mars 2022. Selon notre partenaire Keepfil, d’autres produits de plus grandes dimensions et des piquets pour l’arboriculture pourront être réalisés dans la même optique, avec le même niveau de performance. IPRA 250 permet ainsi de transformer les tubes de dentifrice, les emballages de chips, coiffes de bouteilles de Champagne... Un autre exemple de réalisation avec ce concept : des poteaux de signalisation fonctionnels et légers. Les plastiques multi-composants sont réunis dans le dispositif. Nous utilisons des ensembles broyés et pouvons les transformer en une pièce plastique finie. Une opération qui permet d’éviter les coûts de tri et de transport et qui facilite l’ouverture à de nouveaux marchés pour Replace. Une unité IPRA 250 transforme entre 1200 et 1500 tonnes par an de matière considérée auparavant comme déchets. Il s’agit d’une solution unique qui permet aussi de tendre vers la neutralité plastique. C’est un véritable aboutissement pour nous. La réalisation de cet équipement a été possible avec le soutien du dispositif Orplast 3 de l’Ademe. À noter que ce procédé de transformation des plastiques multi-composants a été labellisé « Solar Impulse Fondation », un label alliant des actions concrètes liées à la protection environnementale et une bonne rentabilité financière. Sans le soutien de la région Grand Est et de l’Ademe, ce projet n’aurait pas vu le jour.

Quelle est la feuille de route de Replace ?

Actuellement, nous nous intéressons au marché des palettes en plastiques pour lequel nous sommes beaucoup sollicités. Nous nous positionnons en apporteur de solutions. Nous sommes convaincus que des marchés de masse sont accessibles par notre technologie. Il sera ainsi possible de s’ouvrir à de nouveaux marchés en adéquation avec les enjeux de l’économie circulaire. Pour les prochains mois, notre objectif est de développer des unités locales en France et à l’étranger, des contacts avancés sont en cours notamment avec le Canada où nous avons des relais déjà présents. Le développement de solutions techniques permettant de produire des pièces plastiques complexes est aussi une action inscrite dans la feuille de route.

Contact

Co-fondateurs de l’entreprise :
Laurent Villemin et Christian Horn
169 Route de Thionville
57140 Woippy
replace-plastics.com


Lauréat 2020 Réseau Entreprendre Lorraine
Effectif : 10 collaborateurs