Aller au contenu principal
impression 3d responsable

30 mars 2021

Dulse : une start-up nantaise orientée vers la 3d responsable

Créée il y a un an par Yann et Pierre, amis de longue date, Dulse, société nantaise dédiée à l’impression 3D et à la revalorisation des déchets, connaît déjà un bel essor. Conversation avec deux jeunes entrepreneurs motivés et inventifs au cœur de « la Silicone Vallée nantaise ».

Pouvez-vous nous parler de la création de Dulse et de votre activité ?

Dulse a vu le jour en février 2020 à Nantes, une ville au cœur d’une région à fort potentiel industriel. Nous avons mis nos savoir-faire complémentaires au service de Dulse : mon associé Pierre est ingénieur infrastructure et réseau ; quant à moi, je me suis spécialisé dans le marketing et l’entrepreneuriat. Suite à une mission humanitaire au Sri-Lanka, une idée m’est venue : produire Français, créer une alternative industrielle et responsable. A l’issue d’une expérience enthousiasmante à San Francisco en tant que chef de projet marketing et après avoir notamment exercé avec Identify3D, j’ai fait le choix de créer mon entreprise dédiée à l’impression 3D, la fabrication additive au service des industriels.

Notre activité nous amène à réaliser des pièces simples ou complexes sur les marchés de l’aéronautique, l’automobile, le naval, les arts, le luxes et l’architecture. Nous avons la capacité de fabriquer des pièces d’outillage, de maintenance, des produits finis via différentes technologies 3D et dans une grande variété de formats. Nos pièces peuvent atteindre 3 m et nous utilisons plus de 5 matières. Nous travaillons notamment pour le chantier Atlantique et fabriquons des pièces d’outillage techniques, c’est notre fer de lance !

Nous gérons une trentaine de clients. Notre éthique commune : bien produire, mieux consommer, développer notre modèle économique et notre filière de recyclage. Nous avons intégré le pôle de compétitivité EMC2 à Nantes, car il est important de mutualiser les projets pour réussir. Notre démarche est de faciliter la vie de nos clients : supprimer les épisodes chronophages de gestion de projet et résoudre les problématiques de coût de production et de matières premières. Les industriels nous transmettent le fichier de leur produit, nous étudions le modèle. Après validation du client, la pièce est imprimée et envoyée au demandeur. Notre start-up a beaucoup évolué depuis ses débuts : Dulse fait office de bureau d’études, studio de design et produit au moyen de lignes automatisées. Pour booster notre croissance, nous avons recours à Station F, le plus grand campus des start-up situé à Paris.

L’activité de recyclage joue un rôle majeur dans votre activité, pouvez-vous nous en dire plus ?

Notre crédo : être à la fois producteur et consommateur de nos matières premières. Nous créons de nouveaux matériaux, avons vocation à recycler des déchets, mais pas uniquement les plastiques. Nous valorisons également les déchets organiques tels que les coquilles d’huitre pour le marché du luxe, mais aussi les poussières de bois, le carbone, le métal, la céramique, ...

Notre réflexion nous a amenés à revoir nos systèmes d’emballage et d’envoi, en partenariat avec une start-up nantaise. Nous nous attachons à réduire notre impact environnemental par le biais de logiciels mesurant les effets de gaz à effets de serre : les trajets, la consommation d’énergie...

La collecte des déchets avec les entreprises est aussi au cœur de nos préoccupations. Nous souhaitons recycler le plus grand nombre de plastiques : l’un de nos objectifs est de revaloriser et de réutiliser intégralement des matières plastiques en provenance de la consommation directe.

Quels sont vos projets actuels et quelle est votre stratégie dans les prochaines années ?

Dulse est en lien avec l’industrie 4.0 et s’attache à proposer des solutions globales en conjuguant simplicité et traçabilité. Des projets, nous n’en manquons pas. Nous sommes à la recherche d’un financement pour diversifier notre activité et réaliser nos projets en R&D.

Nous projetons d’emménager prochainement dans des locaux d’environ 600 m² et de recruter des ingénieurs commerciaux, industriels et des développeurs afin de relever nos challenges de demain. Dans un proche avenir, notre ambition est de développer l’impression XXL avec la création de pièces de grandes dimensions (coques de bateaux, pièces pour avions...).

L’impression 3D n’est pas assez démocratisée. Le marché est attractif à l’étranger car le recours à cette technologie y est beaucoup pratiqué. La France est le 4ème pays à utiliser l’impression 3D. Aujourd’hui, il semble indispensable de redonner une nouvelle fraîcheur à l’industrie. De fait, ce qui motive notre appartenance à l’organisation professionnelle Polyvia, c’est de proposer des solutions performantes et vertueuses aux industriels et de témoigner d’une forte réactivité.

Plus concrètement, notre vison chez Dulse pourrait se définir ainsi : favoriser la conception régénérative, réduire le poids et le coût de la pièce, améliorer nos cadences de production, être la référence française et être en mesure de concurrencer les grands marchés internationaux. Une démarche en adéquation avec la vision de l’état qui prône la souveraineté écologique et industrielle.

Contact

Président : Yann Lebleu
DG : Pierre Lebreton
5 collaborateurs
Activité 7 jours/7
Clientèle : 70 % à l’étranger et 30 % en Europe
Site : https://dulse.fr/